Nabil Hadjarab – 11 ans de cauchemar à guantánamo… pour rien.

February 15, 2013

CONFÉRENCE DE PRESSE Mobilisation juridique et pétition citoyenne Pour le retour de Nabil Hadjarab en France Date: Vendredi 15 février 2013 Heure: 16:00 – 18:00 Lieu: Centre d’Accueil de la Presse Etrangère, Grand Palais, Cours la Reine, Perron Alexandre III, 75008, Paris – Plan d’accès Vendredi 15 février 2011, lors d’une conférence de presse au CAPE, à Paris, les conseils juridiques de Nabil Hadjarab marqueront les onze ans de détention de ce jeune de 33 ans à Guantánamo. Cette conférence lance une nouvelle tentative d’interpellation des autorités pour sortir Nabil de la base militaire américaine et le conduire à sa famille qui souhaite l’accueillir en France depuis qu’il a été déclaré libérable par les autorités américaines, il y a six ans. Une pétition du Comité de soutien de Nabil, sur la plateforme Change.org, demande aux ministres français des Affaires étrangères et de l’Intérieur, et au président de la République, d’accueillir Nabil sur le sol français. Elle dénonce l’injustice de cet enfermement alors que Nabil n’est poursuivi pour aucun chef d’accusation. L’appel leur demande de permettre à Nabil de retrouver les siens, tous français; de se reconstruire en paix, dans le pays qu’il aime et dans lequel il a passé son enfance : la France. L’action juridique comprend deux volets: Une constitution de partie civile dans le cadre de l’instruction criminelle ouverte au cabinet de Mme KHEIRIS pour enlèvement et torture à l’encontre des principaux organisateurs et concepteurs du camp de Guantánamo. En parallèle, en se fondant sur le droit international et national pertinent (Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, Pacte international relatif aux droits civils et politiques et Déclaration des droits de l’homme et du citoyen) une demande d’être accueilli sur le territoire français est prévue. Nabil Hadjarab est détenu à Guantánamo Bay depuis 2002. Il a été déclaré deux fois libérable par les autorités américains; d’abord sous l’administration Bush, puis par la Inter Agency Taskforce fondée par le président Obama. ll n’a été inculpé d’aucunes charges et n’a jamais eu droit à un procès. Après les attentats du 11 septembre, les États-Unis offraient des primes importantes pour tout arabe trouvé en Afghanistan ou au Pakistan. Alors qu’il est à l’hôpital, Nabil est vendu pour 5000 US$ aux Américains. Il est d’abord transféré dans des prisons d’Afghanistan où il subit des tortures et malgré les dires des interrogateurs américains lui affirmant être tout à fait conscients qu’il était simplement victime d’une erreur d’identité, il est envoyé à Cuba, menotté et le visage couvert. C’était le 15 février 2002. Onze ans plus tard, le cauchemar dure encore, sans charges ni procès, torturé et détenu… pour rien. Toute la famille de Nabil possède la citoyenneté française. Son grand-père, son père ainsi que son demi-frère ont tous trois combattu pour l’armée française. Ce nouvel élan pour le retour de Nabil auprès des siens est lancé par Ahmed Hadjarab, l’oncle paternel de Nabil et par l’ONG Reprieve, soutenus par ses avocats et son Comité de soutien. Depuis 6 ans, sans relâche, Ahmed demande en effet aux autorités françaises l’autorisation d’accueillir Nabil. Ahmed s’attriste : “Notre famille a toujours servi la France mais depuis des années le gouvernement fait la sourde oreille à nos demandes. Je suis vieux maintenant et mon plus grand souhait est de revoir Nabil, qui est comme un fils pour moi. Je ne comprends pas comment un grand pays comme les États-Unis peut continuer à garder quelqu’un en prison, alors qu’eux-memes l’ont innocenté il y a six ans!” “L’initiative d’Ahmed Hadjarab et de Reprieve sur Change.org n’est pas anodine,” souligne Benjamin des Gachons, directeur des campagnes de Change.org France. “Il y a quelques mois, une pétition du Sénateur canadien Roméo Dallaire sur Change.org demandant au gouvernement canadien de rapatrier le détenu de Guantánamo, Omar Khadr, a été couronnée de succès.” INTERVENANTS À LA CONFÉRENCE DE PRESSE DU VENDREDI 15 FÉVRIER 2013 Me Cori Crider, directrice légale et avocate de Nabil travaillant, à Reprieve Me Sylvain Cormier, avocat au barreau de Lyon Me Joseph Breham, avocat au barreau de Paris Mme Agnès Brulet, directrice de la communication de Change.org Pour plus d’informations à propos de Nabil Hadjarab, voir le site web de Reprieve: http://www.reprieve.org.uk/cases/nabilhadjarabfrance/ Pour signer la pétition appelant le gouvernement français à agir en faveur de Nabil, svp cliquez ici: www.change.org/NabilHadjarab Pour suivre Nabil Hadjarab sur Facebook : cliquez ici pour la page FB du Comité de soutien